Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

Top 10
Artistes Ecoutes
Abdellah Daoudi 190024
El Mahfoudi 178359
Abdelaziz Stati 174271
Med Rwicha 145741
Lemchaheb 138485
Daoudia 137043
Nass El Ghiwane. part1 136071
Cheb Bou3lam 134225
Med Rouicha 125483
Izenzaren 125002
Musique et Films

marocmusic.net

Publicité
En ligne
4 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur.
Total : 4
Visiteurs: 3572775
Aujourd'hui: 72

 

dahmane el harrachi légende du chaabi algérien Dahmane el Harrachi: Biographie d'une légende algérienne.

Le chaabi algérien se distingue par la force du mot souvent poétique, ses icones fondatrices et les successeurs qui prennent aujourd'hui la relève afin de permettre la continuité.
Parmi ces icones figure le feu Dahmane el Harrachi qui a gravé la mémoire algérienne et maghrébine par ses chants et ses compositions qui ont franchi les frontières pour devenir ainsi une propriété de la mémoire collective maghrébine.

Dahmane El Harrachi de son vrai nom Dahmane Amrani est un auteur-compositeur algérien de musique chaabi. Né le 7 juillet à El Biar, un quartier d'Alger et grandit à El Harrach.
Son père, Cheikh EI-Amrani, était le muezzin de la Grande Mosquée de la capitale algérienne et il a élevé son fils dans le respect des principes musulmans, complétés par ceux dispensés par l'école coranique et l'école primaire qu'il suivra Jusqu'à l'obtention du certificat d'études, diplôme a l'époque comme un excellent sauf-conduit pour le marché de l'emploi. Le jeune homme s'essaiera plutôt à l'exercice de métiers divers dont la cordonnerie et pendant sept ans, le boulot de receveur de tramway sur la ligne EI-Harrach-Bab et Oued. C'est au cours de cette période qu'il entame quelques prometteurs débuts musicaux, intégrant une troupe d'amateurs et donnant des concerts un peu partout en Algérie.

En 1949, il se rend en France et s'installe d'abord à Lille, puis à Marseille et enfin Paris qu'il ne quittera pratiquement plus, se produisant le plus souvent dans les cafés.
Découvert sur le tard par la nouvelle génération. EI-Harachi a eu droit à sa première scène digne lors du Festival de la Musique maghrébine qu'il s'est tenu à la fin des années 70 à la Villette. En Algérie, terre qu'il n'a jamais cesse d'évoquer à sa façon joliment imagée, il fera deux apparitions avant de connaître une fin tragique, le 31 août 1980 dans un accident de voiture sur la corniche algéroise qu'il sublimait par-dessus tout.
Récemment, Rachid Taha lui a rendu hommage en reprenant un de ses titres majeurs: "Ya Rayah" ("Candidat a l'exil. Tu auras beau voyagé où tu veux, un jour tu reviendras à ton point de départ.")

Kamel El Harrachi, fils du grand Dahmane Amrani, a repris le nom de son père afin de perpétuer sa mémoire en 1991. Les observateurs le disent, la ressemblance est troublante, mise à part peut-être la voix, plus douce chez le jeune homme. Le public des inconditionnels du père soutiennent déjà le fils sans retenue.

Ecouter Dahmane el Harrachi ici.

partagerPartager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur MySpacePartager sur Delicious
Le: 03/07/12 par: mixana
Musique soufie La phase de Transe dans la LILA