Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

Top 10
Artistes Ecoutes
Abdellah Daoudi 192972
El Mahfoudi 180458
Abdelaziz Stati 176371
Med Rwicha 147932
Lemchaheb 140599
Daoudia 138781
Nass El Ghiwane. part1 138259
Cheb Bou3lam 135760
Med Rouicha 127280
Izenzaren 126830
Musique et Films

marocmusic.net

Publicité
En ligne
20 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur.
Total : 20
Visiteurs: 3638925
Aujourd'hui: 141

 

Musique soufie et sacrée Musique islamique soufie.
La musique soufie est une musique sacrée (dite aussi spirituelle) associée d'une manière ou d'une autre aux pratiques religieuses.
De nombreuses confréries conservent au sein de leurs pratiques des éléments anté ou non islamiques. Les instruments jouent parfois un rôle majeur comme au Kurdistan turc ou iranien. La musique kurde est aussi en partie dédiée à ces pratiques. Le djem de l'alévisme tourne autour du saz ou tambûr sacré. Le daf (bendir)est aussi sacré chez les Kurdes.

Chez les soufis, la transe a une grande place dans la recherche spirituelle. Celle-ci s'obtient souvent par la musique et les soufis ont créé des cérémonies associant la musique à leur quête de spiritualité. Une pratique que l'on retrouve dans tout le monde musulman avec des variantes nationales, régionales ou locales.

Le dikr (évocation) est une prière où le nom d'Allah est répété inlassablement jusqu'à prendre possession du corps et de l'esprit, amenant la plupart des présents à l'assemblée dans un état de transe totale sous la direction d'un maître spirituel auquel s'adjoignent les chanteurs. Dans les zaouïas du Sud-Ouest algérien, les mouridines de la tariqa (voie) kerzazia, s'adonnent jusqu'à ce jour à la pratique de ce rituel, destiné à l'origine à l'apprentissage par cœur du Coran et des hadiths. Lors des séances de dikr, les prières sont chantées et reprises en chœur par les participants, avant de se voir accompagnée très vite par un mouvement du buste d'avant en arrière. Ce mouvement introductif en balancier amène une scansion dans le chant jusqu'à susciter l'état de transe.

Typologie:

Qawwali
Le qawwali (mot ourdou) est la musique dévotionnelle de la confrérie soufie des Chishtis en Inde et au Pakistan. Remontant au XIIIe siècle, cette tradition se rencontre autour des sanctuaires du soufisme depuis sa réforme par Amir Khusrau. C'est une musique de transe (wajad) joyeuse en quête d'union divine exécutée avec des percussions et des harmoniums. Il ne s'agit pas d'une simple musique à écouter, mais d'un évènement mystique auquel on participe en prenant part au mehfil-e-sama (« concert spirituel »), qui est son nom complet reprenant la tradition soufie de Rumi (sama').

Qâl
Le qâl ou qâul (« parole » qui a donné qawwali) est un genre poétique mystique basé sur un tarânâ et servant souvent d'introduction. C'est Amir Khusrau qui l'a formulé. Il fait office de profession de foi au Pakistan.

Samaa
Le sama' est un concert spirituel de l'ordre des Mevlevis turcs. C'est une cérémonie de prière avec musique et des danses mystiques en présence d'un petit orchestre. Les adeptes accèdent à l'état d'extase grâce aux sons de la musique pratiquée au moyen d'une flûte oblique et d'un tambour. Durant le sama, la séance est dirigée par un maître spirituel qui est le cheikh des adeptes. Les présents, qui écoutent la musique, les psalmodies et les chants, se laissent peu à peu envahir par la transe.

Sûfyâna kâlam
Le sûfyâna kâlam ou arifâna kâlam est un genre de musique dévotionnelle soufie accompagné de cordophones. Arrivé d’Iran au XVe siècle, c'est un genre assez populaire désormais au Cachemire. Il use volontiers de tarânâ, un type de chant inspiré des syllabes mnémotechniques (bols) utilisées dans les percussions.

Kâfi
Les kâfi sont des chants religieux chishtis basés sur des mélodies populaires et non des râgas. C'est une composante folklorique du Pakistan et de l'Inde.

Mappila Pattu
Les mappila pattu sont des chants dévotionnels de la communauté malabare du Kerala, en Inde du sud.

Lila
Le lila (aussi appelé derdebba, hadra et sadaqa) est une cérémonie de transe des confréries soufies Aïssaouas et Gnaouas du Maroc où la musique joue un rôle estimable. Ce rituel porte divers noms : stambali (Tunisie), zâr (Égypte, Yémen), diwane (Algérie).

source: Wikipedia

partagerPartager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur MySpacePartager sur Delicious
Le: 01/05/11 par: mixana
Kamel SHADI: Bladi Bladi! Dahmane el Harrachi: le Grand!